Vitiligo : la dépigmentation n’est pas une fatalité  Abonné

Publié le 19/01/2018

Dans 7 à 8 cas sur 10, il est possible d’obtenir la repigmentation des vitiligos du visage, même si les plaques sont très anciennes, mais c’est un processus long (jusqu’à 24 mois) et il faut attendre six mois avant de juger l’efficacité du traitement, avertit le Pr Thierry Passeron (Nice). Or, « trop souvent, les patients abandonnent le traitement après un ou deux mois ». La repigmentation des vitiligos non segmentaires est obtenue grâce aux dermocorticoïdes intermittents ou au tacrolimus à 0,1 %, hors AMM, pour les zones fragiles comme les plis et le visage.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte