VIH: des signes encourageants dans le rapport de l’Onusida

Publié le 23/11/2010

Le nombre de nouvelles infections du sida dans le monde a baissé de près d'un cinquième en dix ans et de nouvelles avancées sont encore possibles grâce notamment au nouveau gel microbicide, selon le rapport annuel d'Onusida publié mardi. Quelque 30 millions de personnes sont mortes du sida depuis l'apparition de la maladie et 60 millions ont été infectées, explique le document. Mais depuis 1999 -- année où l’épidémie aurait atteint son maximum --, le nombre de nouvelles infections dans le monde a reculé de 19%", atteignant 2,6 millions en 2009, précise-t-il. «Nous pouvons être fiers de ces avancées et de ce que réserve notre avenir commun», souligne le directeur exécutif d'Onusida, Michel Sidibé dans le rapport. D'autres avancées sont encore à venir. Ainsi, les résultats d'essai d’un gel microbicide réalisés par le centre Caprisa en Afrique du Sud laissent espérer la mise au point d'un nouvel outil pour contrôler l'épidémie L'élargissement de l'accès au traitement est également source de progrès. En 2009, 5,2 millions de personnes vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire avaient accès au traitement antirétroviral, contre 700.000 en 2004.

Par région, l'Afrique subsaharienne demeure la plus touchée avec plus des deux tiers (67%) de l'ensemble des personnes vivant avec le VIH et près des trois quarts (72%) des décès liés au sida en 2009, selon Onusida. Le Swaziland était toujours l'an dernier le pays le plus infecté au monde, avec un taux de prévalence du VIH de 25,9% dans la population adulte. Afrique du Sud, Ethiopie, Zambie et Zimbabwe sont aussi très exposés, même si les infections y ont diminué de plus de 25% entre 2001 et 2009. Dans 22 pays d'Afrique subsaharienne, le taux d'incidence du VIH a aussi diminué de plus de 25% entre 2001 et 2009. En Asie, l'épidémie de VIH demeure "stable" avec 4,9 millions de personnes vivant avec le virus. Enfin, en Europe orientale et Asie centrale, le nombre de nouvelles infections (1,4 million) a pratiquement triplé entre 2000 et 2009, la Russie et l'Ukraine concentrant près de 90% des nouveaux cas.


Source : legeneraliste.fr