Ostéoporose

Vigilance sur les antidépresseurs  Abonné

Publié le 20/04/2012
Depuis quelques années, le risque de déminéralisation osseuse associée à la prise d'antidépresseurs et en particulier les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine a été soulevé, un point sur lequel les experts sont revenus lors du congrès européen sur l’ostéoporose et l’arthrose (ECCEO). Les mécanismes restent mal connus, mais les arguments sont assez forts pour appeler à la vigilance chez les patients.

Crédit photo : ©PASIEKA/SPL/PHANIE

L'impact des antidépresseurs sur la densité osseuse et le risque fracturaire est d'autant plus difficile à évaluer que la dépression en elle-même est délétère pour l'os. "La dépression brise l'os comme elle brise le cœur, commente Peter Vestegaard (Pays Bas), "ce qui peut s'expliquer par le manque d'initiative qui réduit l'activité physique, le risque de chutes plus élevé, le manque de vitamine D par la limitation des sorties à l'extérieur et une alimentation déséquilibrée, les hauts niveaux de cortisol endogène liés au stress. ".

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte