Ostéoporose

Vers un dépistage plus large des fractures vertébrales  Abonné

Publié le 18/11/2011
Si la DMO est aujourd’hui l’examen de référence pour le diagnostic de l’ostéoporose, elle ne suffit pas à repérer tous les patients à même de bénéficier d’un traitement anti ostéoporotique. À ce titre, la recherche concomitante de fractures vertébrales par VFA semble pertinente et pourrait être bientôt recommandée en France.

La présence de fractures vertébrales en dehors de tout traumatisme significatif désigne les patients ayant une fragilité osseuse. Cependant, les deux tiers de ces fractures sont asymptomatiques et donc non prises en charge. Mieux les diagnostiquer est important « car dans ce cas - et en l’absence d’autre cause secondaire de fragilité osseuse- un traitement anti-ostéoporotique doit être proposé, non seulement en cas d’ostéoporose ostéodensitométrique mais aussi d’ostéopénie indique le Pr Hubert Blain, gériatre à Montpellier.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte