Apnée et insuffisance cardiaque

Ventiler ou pas ?  Abonné

Publié le 19/02/2016

Il semblait logique de traiter les SAS de l’insuffisant cardiaque (IC), chez qui elles sont fréquentes et délétères, et certains essais avaient montré la supériorité de la ventilation servo-assistée (VSA) sur la PPC. Ce type de ventilation, préconisée dans les SAS centrales type Cheyne-Stokes, assure une aide inspiratoire s’adaptant en permanence à la ventilation du sujet, c’est-à-dire qu’elle disparaît en phase d’hyperventilation et augmente en phase d’apnée/hypopnée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte