Vaccins, prévention et éducation  Abonné

Publié le 15/01/2010

Je suis heureuse d’être née en 1957 et non au début des années 1950 : cela m’a évité d’avoir ma vie gâchée par les mutilations de la poliomyélite.

Certes je suis sortie indemne de la rougeole même sans ROR. La fille d’un de mes professeurs, pédiatre, n’a pas eu, en revanche, cette chance : elle est morte à 10 ans d’une encéphalite rougeoleuse (depuis son père défend activement les lobbies industriels).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte