Incrétines

Une tendance cardioprotectrice  Abonné

Publié le 02/03/2012
Tout nouvel antidiabétique oral ne doit pas exposer à un risque cardiovasculaire accru. Inhibiteurs des DPP4 et analogues du GLP1 se plient donc à l’examen, avec des tendances issues des méta-analyses en faveur d’un effet cardioprotecteur.

Il existe un certain nombre d’observations sur la sécurité cardiovasculaire (CV) des inhibiteurs de la dipeptidylpeptidase-4 (DPP4) à partir des essais cliniques, pour les molécules déjà sur le marché (sitagliptine, vildagliptine, saxagliptine) ou prochainement disponibles (linagliptine, alogliptine). « Globalement la tendance issue des méta-analyses est en faveur d’un bénéfice sur le plan CV, résume le Dr Bruno Guerci (diabétologue, hôpital de Brabois, Vandoeuvre-lès-Nancy).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte