Si " Le Généraliste"  était paru en novembre 1907

Une promesse de guérison par devant notaire

Par
Alain Létot -
Publié le 20/11/2015
histoire

histoire

On trouve de tout dans les archives, mais je crois que rarement on ait pu découvrir un document… aussi curieux et aussi intéressant pour des médecins que celui que je vous adresse pour vos lecteurs.


C'est un acte notarié, du commencement du XVIe siècle, qui nous prouve deux choses ; d'abord que nos confrères d'alors n'étaient pas mieux payés que de nos jours, puisqu'ils étaient obligés d'aller devant notaire ; mais aussi que ceux qui nous ont précédés avaient en eux et en leur thérapeutique une confiance que nous n'avons plus.


Jugez-en plutôt ! Je traduis car le texte original est en vieux gascon.


" Donné à Bordeaux, le troisième jour du mois de juillet, l'an du Seigneur 1506.
Que aujourd'huy par devant mestre…, notaire, ont été estés personnellement constitués discrète personne Johan Tirellin prêtre, demeurant à l'hôpital Saint-André, d'une part, et mestre Guilhardet Duro, mestre chirurgien de la paroisse Sainte-Eulalie de Bordeaux, ont fait les pactes et appointements en la manière qui s'en suit :
et, premièrement, ledit mestre Guilhardet convient et promet au dit Thirelli le guérir de la maladie dont il est malade, c'est à savoir ; de la maladie de la grosse rongne, et le doit rendre sain tant des plaies que de la goutte, et sans douleur ni ouverture, et ce pour le prix et somme de vingt francs bordelais.
De mesme a été dit, appointé et accordé entre eux que là et quand le dit Thirelli sera guéri de ses plaies, le dit Thirelli sera tenu bailler au dit Duro la somme de dix francs bordelais, et les autres dix francs dans trois mois après, prochainement venant.
De mesme a également été dit et appointé entre eux que là et au cas que ladite maladie lui revienne juste un an et un mois comptant du jour et date que le dit Thirelli sera guéri de ses dites plaies et goutte, et que le dit Thirelli ne puisse aller par la ville, le dit Duro sera tenu de le panser à ses dépens.
De mesme a été dit et appointé que le dit Duro aille de vie à trépas pendant ledit temps d'un an et un mois, et que la dite maladie fusse revenue au dit Thirelli, a été appointé que la moitié de ladite somme de vingt francs bordelais lui sera rabattue et retournée, et pour plus grande sécurité le dit Martin de Betveder, hospitalier, également présent, par sa bonne volonté s'en est constitué principal payeur envers le dit Duro et le dit Thirelli a promis de le garantir de tout dommage et intérêt.
Présents : Pierre de Campos et Jehanne de Castet, témoins. "
(Dr Barraud in " La Chronique Médicale ", novembre 1907)


Source : legeneraliste.fr