Schizophrénie

Une prévention possible ?  Abonné

Publié le 02/04/2010
Des travaux récents ont permis d’identifier des marqueurs paracliniques prédictifs de la maladie

" Plus on aborde précocément l'hypothèse d'une schizophrénie débutante, mieux c'est, car il faut traiter cette pathologie au plus tôt pour mieux la soigner » explique le Dr Alain Braconnier. Plusieurs signes peuvent donner l’alerte au moment de l’adolescence à la phase dite « prodromique » : diminution de l'attention et de la concentration, anxiété ou humeur dépressive, altération globale du fonctionnement social et scolaire... Mais la sensibilité et la spécificité de ces signes cliniques restent faibles pour traiter d'emblée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte