Asthme et grossesse

Une prescription raisonnée des traitements  Abonné

Publié le 24/04/2009
La prise en charge d'une jeune femme enceinte asthmatique est une situation fréquente. Le risque d'hypoxie fœtale lié à un mauvais contrôle de l'asthme impose un traitement optimal de la maladie. Les médicaments antiasthmatiques utilisés n'ont pas tous fait la preuve de leur innocuité pendant la grossesse, incitant à ne prescrire que ceux pour lesquels le recul clinique est important ou qui ont été validés les recommandations.

Crédit photo : ©GARO/PHANIE

Crédit photo : ©BURGER/PHANIE

La responsabilité du médecin est particulièrement engagée dans la prescription des traitements de l'asthme, toujours sous-tendue par la crainte d'une tératogénicité. La barrière placentaire n'est pas infranchissable, les études menées chez l'animal ne permettent pas d'éliminer formellement une toxicité chez le fœtus humain, et ni l'apparente innocuité du médicament chez l'adulte ou l'enfant, ni la structure chimique du médicament, ni même l'absence d'effet tératogène avec les molécules de même classe thérapeutique ne peuvent totalement rassurer.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte