Une origine pas seulement vasculaire  Abonné

Publié le 05/03/2010
La physiopathologie de la migraine comporte une composante électrique. Ce qui met fin à la conception purement vasculaire de la maladie.

Au cours de ces dernières années, les connaissances étiopathogéniques de la migraine ont beaucoup progressé, notamment grâce à l’étude de la migraine hémiplégique familiale. Au point de voir aujourd’hui la migraine comme une canalopathie et comme une maladie neuronale génétiquement déterminée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte