Si « Le Généraliste » était paru en février 1904

Une nouvelle application pratique des rayons Rœntgen

Par
Publié le 07/02/2016
Histoire

Histoire

Les employés de la Monnaie de Tokyo avaient trouvé un moyen très simple d’augmenter sans gratification le traitement que leur fait l’état. Ils avalaient, au moment de sortir, autant de pièces d’or et d’argent qu’il leur était possible sans éveiller l’attention, et, rentrés chez eux, ils faisaient passer, grâce à un ipéca complaisant, la somme absorbée de leur estomac dans leur bourse. Les inspecteurs restaient impuissants contre ces soustractions stomacales. Sans doute, on s’ouvre le ventre au Japon avec une facilité extrême, mais cette habitude commence à se perdre. D’autre part, bien que depuis l’homme à la fourchette, la gastrotomie se soit notablement perfectionnée, il semblait peu pratique d’appliquer chaque jour cette opération aux employés de Tokyo, pour voir ce qu’ils cachaient dans leur estomac.

Mais le Japon a su s’assimiler tous les progrès de la science et de la civilisation européennes, et l’administration japonaise n’a pas tardé à trouver une solution élégante du problème qui tracassait ses inspecteurs.

Elle a commandé à Philadelphie un appareil gigantesque d’exploration radiographique. Et, désormais, avant de sortir de la Monnaie de Tokyo, les employés passeront devant l’ampoule électrique qui vérifiera la couleur de leur estomac.

(« Annales médico-chirurgicales du Centre », février 1904)


Source : legeneraliste.fr