Syndicats

Une mesure unanimement décriée  Abonné

Publié le 13/03/2009

« La loi HPST est pain béni pour notre système de santé, mais si l’on n’écoute pas les libéraux, nous allons à la catastrophe », estime Christian Jeanbrun, le président du SML. Or, les députés n’ont pas écouté les médecins libéraux et adopté l’amendement rétablissant ce que ses adversaires appellent « la taxe Bachelot ». Rappelant que le SML reste « fermement opposé à toute forme de taxation », Christian Jeanbrun s’interroge cependant : « S’agit-il d’une menace réelle ou d’une manière d’évacuer en douceur cette proposition qui a fait couler beaucoup d’encre ? »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte