Asthme

Une histoire de phénotype  Abonné

Publié le 15/02/2013
L'asthme est plus fréquent et plus sévère chez l'obèse. Les perturbations de la mécanique ventilatoire sont indubitables mais d'autres facteurs pourraient expliquer cette relation.

Diverses études de cohorte montrent que l'obésité s'associe à une augmentation du risque d’asthme avec, selon certaines études, une relation plus marquée pour l’asthme non-allergique et chez les femmes. Dans une cohorte américaine, un IMC entre 30 et 35 multiplie par 2 le risque d'asthme, par plus de 4 au-delà de 40kg/m2. L'asthme de l'obèse est, par ailleurs, généralement plus sévère, plus difficile à contrôler, plus volontiers cortico-résistant et plus souvent associé à diverses comorbidités cardiovasculaires et métaboliques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte