Courrier des lecteurs

Une généraliste échographiste écœurée

Publié le 06/04/2018

J'arrête le 1er juillet et je suis très contente car je crois que je ne supporte plus d'être une oubliée de la profession. Je suis médecin généraliste échographiste exclusive, donc je n'ai le droit à rien par la caisse (je ne prescris pas…) et je n'existe pas en tant que spécialiste !

Résultat des courses : mon pouvoir d'achat a baissé de plus de 50 % depuis 1992. Il y a 6 mois, j'ai fait le calcul sur Internet, cela m'a achevée !

Aucune revalorisation des actes depuis cette date (26 ans) et même mieux, deux baisses consécutives (au moins 10 % !).

Quelle profession accepterait une telle baisse de revenus, une telle dévalorisation ?

Il n'y a personne pour me remplacer car je crois que ça ne vaut plus le coup. Oui, on en est là : faire des IRM sera beaucoup plus rentable pour la caisse…

Et pourtant c'était un travail tellement intéressant et utile.

Je pars écœurée par l'évolution actuelle et vais enfin cultiver mon jardin en toute tranquillité.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Marie-Claude G

Source : Le Généraliste: 2830