Une généraliste agressée aux Mureaux

Publié le 18/01/2013

Une jeune médecin généraliste des Mureaux dans les Yvelines a été été agressée jeudi 17 janvier à son cabinet. Collaboratrice libérale au sein d’un cabinet où exercent deux consoeurs, elle se trouvait seule en fin d’après-midi, lorsque trois personnes jusqu’alors cachées dans les toilettes du cabinet ont fait irruption dans son bureau. Sous la menace d’un revolver, la praticienne se trouvait alors contrainte de leur laisser la recette de la journée, ainsi que sa carte blueue et le code de celle-ci, avec laquelle quelques centaines d’euros auraient ensuite été retirés. Ce n’est pas la première fois qu’une agression de professionnels de santé arrive aux Mureaux, commune plutôt sensible. Pourtant, comme l’explique Marie-Hélène Certain, responsable de MG France qui exerce elle aussi aux Mureaux, «ce cabinet est implanté dans une résidence assez sécurisée avec grille.»

Les Mureaux sont dotés depuis 2003 d’une maison médicale de garde sécurisée, qui fonctionne bien et a été inaugurée par Nicolas Sarkozy lorsqu’il était ministre de l’Intérieur. L’affaire de jeudi inquiète néanmoins les professionnels de santé, y compris pour l’avenir de la médecine générale dans cette commune sensible. Comme l’explique Marie-Hélène Certain, le fait est d’autant plus dommageable, que le cabinet concerné accueille des internes en formation : « forcément, ce genre d’agression n’est pas de nature à convaincre les jeunes de revenir s’installer ensuite aux Mureaux. Or faute de renforts, dans dix ans, il y aura la moitié moins de médecins généralistes en exercice aux Mureaux.»

Un projet de maison de santé plusiridisciplinaire avec huit généralistes et trois kinés existe depuis deux ans, mais, comme l’explique le Dr Certain, partie prenante à l’opération, «on n’arrive pas à concrétiser, car on butte sur la question des locaux. Et même si on n’attend pas tout de la mairie, on ne sent pas accompagné ni soutenu.»

Dans un communiqué publié vendredi sur cette affaire, MG France réclame «des mesures fortes» de la part des pouvoirs publics « pour sécuriser l’activité des médecins libéraux» et de « donner à la médecine générale les moyens nécessaires au redéploiement de ses nouvelles formes d’exercice en maisons de santé pluridisciplinaire.»


Source : legeneraliste.fr