Second cancer primitif

Une double peine souvent évitable  Abonné

Publié le 10/01/2014
Selon un rapport de l’INCa, près d’un patient sur sept atteint de cancer risque d’en développer un second. Un surisque réel mais souvent évitable comme le souligne le Pr Agnès Buzyn, présidente de l’INCa, qui insiste sur la place de la prévention tertiaire chez ces patients

Crédit photo : Gregoire Maisonneuve

?Le Généraliste. L’INCa vient de publier un rapport sur les risques de second cancer primitif chez l’adulte. Qu’est ce qui a motivé ce travail ?

Pr Agnès Buzyn. Ce travail était fait pour répondre à une opinion fréquente dans l’inconscient collectif selon laquelle des patients ayant eu un premier cancer sont plus à risque d’en développer un second à distance. Cette question des seconds cancers primitifs (ou SCP) revient souvent dans les interrogations des médecins et des familles et le rapport visait à préciser quelle est la réalité scientifique qui est derrière.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte