Perturbateurs endocriniens

Une bombe à retardement ?  Abonné

Publié le 04/06/2010
Des données animales suggèrent qu’une exposition in utero pourrait avoir de nombreux effets délétères ultérieurs.

Pesticides, plastifiants, etc…, la liste des perturbateurs endocriniens ne cessent de s’allonger. A ce jour, plus de 200 produits aux effets oestrogéniques (ou xénœstrogènes) ont ainsi été identifiés dont le fameux bisphénol A (BPA) présent dans de nombreux plastique durs. Proscrit depuis peu pour la fabrication des biberons, cet oestrogènes de synthèse pourrait avoir un effet délétère dès la période fœtale et sur le long cours comme l’a expliqué le Pr Ana Soto (Boston) lors d’une séance de l’Académie nationale de médecine.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte