Douleur

Une approche thérapeutique plus complexe  Abonné

Publié le 13/05/2016

« Le médecin doit être conscient d’emblée que l’alliance thérapeutique ne sera pas la même chez l’homme que chez la femme. Plus réticent à parler de son vécu, à aborder des questions psychologiques et souvent moins “patient”, l’homme s’investira plus difficilement dans les programmes de traitement non pharmacologiques plus longs ou qui impliquent des psychologues », explique le Pr Bouhassira.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte