Si « Le Généraliste » était paru en mai 1902

Un singulier usage du sang de pigeon

Publié le 18/05/2015

« “Un matin que je repassais à la meule, dit Benvenuto Cellini, des petits ciseaux d’acier pour travailler le beau bloc de marbre dont je voulais faire un Narcisse, il me sauta dans l’œil droit une paillette de métal très fine. Elle était entrée si avant dans la pupille (cornée), que l’on ne pouvait la retirer par aucun moyen (en pareil cas, un puissant aimant est ce qu’il y a de mieux en le promenant obliquement dans le bon sens, ndlr de la « Chronique médicale »). J’étais persuadé que j’en perdrais la vue.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)