C3G/C4G

Un premier bilan

Publié le 26/02/2013

Au mois de janvier 2013, la consommation de pilules de 3e et 4e génération a chuté de 25% par rapport à l’année précédente, dans un cadre de baisse globale de la consommation de pilules de 3,5%. Cette inflexion s’est accompagnée d’un report sur les pilules de 1e et 2e génération, qui ont vu leur consommation augmenter de 16%. « Ce report a surtout été effectué chez les femmes de 25 ans et plus, alors qu’il semble moindre dans la tranche des 15-25 ans », relate Mahmoud Zureik (Ansm), qui précise toutefois qu’il est un peu tôt pour statuer sur l’attitude adoptée par ces jeunes femmes (report vers d’autre moyens de contraception que la pilule? abandon de la contraception ?), avec seulement un mois de recul.

Par ailleurs, les notifications d’effets indésirables sont en forte hausse. « Alors qu’on en avait environ 20 par an entre 1985 et 2012, on rapporte 36 notifications d’effets indésirables pour ce seul mois de janvier 2013», indique le Joseph Emmerich (ANSM). Parmi elles, 31 thromboses veineuses (5 sous contraceptif de 2e génération, 24 sous contraceptif de 3e génération, 7 sous contraceptif de 4e génération) et 5 artérielles (essentiellement AVC), dont deux décès sous pilule de 3e génération (1 AVC en 1999 et une embolie pulmonaire en 2012).


Source : legeneraliste.fr