Un nouveau « plan greffe » à la fin de l’année

Publié le 22/06/2011

Un plan greffe 2012-2017 devrait être présenté à la fin de l'année. À l'occasion de la 11e journée nationale sur le don d'organes de mercredi, Nora Berra, la secrétaire d’État à la Santé, outre l'annonce de ce 2e plan greffe, exprime son souhait de voir passer en France le taux d'opposition au prélèvement d'organes après la mort de 30 % à 15 % comme en Espagne et au Portugal. De plus, selon la secrétaire d’État, « le prélèvement à partir de donneurs vivants n'est pas suffisamment pratiqué en France, en comparaison de ce qui se passe dans les autres pays européens ». À ce propos, le don croisé, prévu dans le texte de révision des lois bioéthiques, qui sera définitivement votée jeudi, devrait élargir les possibilités de don de rein entre vivants.

La greffe rénale est une thérapeutique de mieux en mieux maîtrisée. En effet, « la survie du greffon rénal à 5 ans est de 80 %, contre 66 % il y a 15 ans. 65 % des greffons rénaux fonctionnent toujours au bout de 10 ans », selon elle. La greffe de rein représente, par ailleurs, aujourd'hui la prise en charge de l'insuffisance rénale chronique terminale, la moins coûteuse pour la collectivité, note-t-elle. La recherche constitue un autre point à développer. À ce titre, 8 millions d'euros sont investis pour mettre en place une cohorte de 3 600 patients suivis pendant 12 ans, dans le cadre des Investissements d'Avenir afin de suivre les insuffisants rénaux (étude de l'évolution de leur maladie, des modes de prise en charge, du devenir des patients…). En 2010, 4 708 greffes d'organes ont pu être réalisées alors que le nombre de malades inscrits en liste d'attente atteignait 15 613 (environ un millier de plus qu'en 2009). « Les indications médicales de la greffe s'élargissent et la liste d'attente s'allonge » rappelle Nora Berra. La greffe rénale arrive en tête (2 892 en 2010), suivie de celle du foie, le 2e organe le plus greffé (1 092 en 2010), très loin devant le cœur (356 pour le cœur seul).92,5 % des greffes ont été réalisés grâce à des donneurs décédés et 300 grâce à des donneurs vivants (283 greffes de rein et 17 greffes de foie).


Source : legeneraliste.fr