Si « Le Généraliste » était paru en avril 1902

Un mort par erreur

Par
Alain Létot -
Publié le 20/04/2016
Histoire

Histoire

 

 

Voici un fait pathologique que j’ai trouvé inséré dans une lettre de décembre 1874 par mon frère, juge à Albi, à moi adressée.

« Je viens de constater en feuilletant les registres de l’Etat-civil de la commune de Lescure un cas assez singulier de décès constaté le 31 mai 1825. À cette date, on trouve l’acte de décès de Pierre Anglès, métayer chez la marquise de Laroche-Jacquelin à Lescure. Cet acte ayant été bâtonné, on lit en marge une note signée du maire et ainsi conçue : “Anglès Pierre s’est réveillé tout à coup du sommeil léthargique dans lequel il était plongé et, à la grande surprise de ceux qui le gardaient, il a sauté du lit, est sorti dehors et a fait 1 500 mètres environ de chemin tenant un gros caillou à la main et criant sans cesse qu’on voulait l’assassiner. Ses forces l’ayant abandonné, il est entré chez son beau-frère, où on l’a couché sur un lit et où il a été pris d’une crise de frénésie terrible ; après une maladie aiguë qui a duré quinze jours, il a parfaitement recouvré la santé”. »

 (Dr Molinier, chirurgien honoraire des hospices de Toulouse dans « La Chronique médicale », 1902)


Source : legeneraliste.fr