Un métier dévalorisé  Abonné

Publié le 28/10/2011

Après 20 ans de libéral, je suis salarié depuis 5 ans en SSR. Je fais de la médecine préventive de l'obésité, j'en suis heureux, mais fait quand même de l'abattage, 65 patients à charge au quotidien, je ne consacre pas assez de temps à l'éducation nutritionnelle ! Le problème n'est pas le type de rémunération, mais la revalorisation de la médecine. Le système a dévalorisé notre métier. Il faut réfléchir à une évolution de notre façon de soigner d'abord, et non notre type de rémunération.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte