Un gynécologue devant les Assises de Nancy

Publié le 28/11/2011

Le procès d'un gynécologue, accusé de viols et d'agressions sexuelles sur 22 anciennes patientes, s'est ouvert lundi devant la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle, à Nancy. L'accusé, le Dr Jean-Marc Chargois, reconnaît des «dérapages», constitutifs d'agressions sexuelles, mais nie les viols. Il avait d'abord fait l'objet de plaintes de deux patientes, en 1996 et en 2002, restées sans suite. Une enquête avait finalement été ouverte en 2004, après que deux patientes qui ne se connaissaient pas ont à nouveau dénoncé des gestes déplacés. Le médecin de 57 ans, établi à Saint-Max (Meurthe-et-Moselle) dans la périphérie de Nancy, avait été mis en examen et placé en détention provisoire en avril 2004, avant d'être libéré et soumis à un contrôle judiciaire un an plus tard. La révélation de l'affaire dans la presse locale avait par ailleurs conduit une trentaine d'anciennes patientes, toutes plutôt jeunes, à dénoncer ce qu'elles assimilaient à des agressions sexuelles ou des viols.


Source : legeneraliste.fr