Un diagnostic plus précis dans la polyarthrite  Abonné

Publié le 15/04/2011

Les tendances actuelles dans la polyarthrite rhumatoïde empruntent trois directions : reconnaître les patients à risque dès que possible, traiter dès le diagnostic établi et évaluer de nouvelles thérapies/stratégies dans les phases précoces de la maladie. D’où la nécessité d’avoir un diagnostic de certitude avec des critères aux performances validées. C’est le but que se sont assignés les critères ACR/Eular 2010. Une meilleure identification des patients permettra aux généralistes d’être plus réactif vis à vis de synovites à l’étiologie imprécise.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte