HTA

Un contrôle encore plus strict  Abonné

Publié le 03/04/2009
Si les valeurs cible du niveau tensionnel ne sont pas atteintes, il ne faut pas hésiter à prescrire une bi ou une polythérapie, surtout en présence de facteurs de risque associés.

Le contrôle tensionnel reste souvent insuffisant, notamment chez les patients à haut risque cardiovasculaire. En France, d’après l’étude Nationale Nutrition Santé menée entre 2006 et 2007, le contrôle de l’HTA (PAS/PAD < 140/90 mm Hg) serait obtenu pour 51 % des hypertendus traités. Il y a 7-8 ans, il n’était obtenu que pour 30 à 35 % des patients. Les conséquences de ce mauvais contrôle restent néanmoins très lourdes. Dans le monde, il serait la cause de deux accidents vasculaires cérébraux sur trois, de la moitié des maladies cardiaques ischémiques et de 13 % des décès.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte