Si « Le Généraliste » était paru en 1918

Un cas de conscience chirurgical

Par
Publié le 29/10/2017
.

.
Crédit photo : Phanie

Il n’est bruit à Chicago que du refus du Dr Haiselden, de l’hôpital Germano-Américain, de pratiquer une opération susceptible de sauver la vie à un bébé d’un jour, sous prétexte que cet enfant, s’il eut été sauvé, serait demeuré idiot toute sa vie. Le praticien avait-il droit d’agir comme il l’a fait ? La question est très controversée. À l’affirmation du chirurgien touchant la certitude du dérangement mental de l’enfant, ses adversaires répondent : « En étiez-vous bien sûr ? »

Quoi qu’il en soit, un haut magistrat américain consulté assura, dit le Daily Mail, qu’il n’y a pas motif de poursuites. Mais cette assurance dogmatique du médecin paraît à beaucoup de gens très caractéristique de la mentalité médicale boche. »

(Progrès Médical, février 1918)


Source : legeneraliste.fr