Trop d'hospitalisations non pertinentes selon un rapport parlementaire

Publié le 27/05/2010

Il y a trop d'hospitalisations « non pertinentes » dans les hôpitaux, souligne un rapport parlementaire, appelant les nouvelles Agences régionales de santé (ARS) à y remédier. Le déficit global des grands hôpitaux publics s'est stabilisé en 2009 à 422 millions d'euros, relève en outre ce rapport d'information de la mission d'information et de contrôle des lois de financement de la Sécurité sociale (MECSS), présenté mercredi. Diverses études « montrent que la proportion des journées d'hospitalisation non pertinentes est importante », note-t-il. Par l'expression « non pertinente » sont notamment visées les hospitalisations « pas nécessaires parce que le malade aurait pu être traité autrement » ou encore « les hospitalisations complètes qui se prolongent » faute de place dans les structures offrant des soins postopératoires. Les taux d'inadéquation relevés iraient ainsi en général de 15 % à 30 %, mais peuvent aller jusqu'à 70 %. Le rapport relève aussi les disparités locales existant dans la pratique de la césarienne et de l'appendicectomie, notant qu'elles pouvaient refléter « la volonté d’optimiser les coûts de production, grâce à la programmation des soins ». Le gouvernement a fixé à 2012 la date à laquelle les hôpitaux publics devront renouer avec l’équilibre budgétaire.


Source : legeneraliste.fr