Obstétrique

Trois projets sur la prématurité  Abonné

Publié le 30/03/2012
La Fondation Premup poursuit plusieurs axes de recherche pour limiter les conséquences neurologiques de l’immaturité et mieux prédire la toxicité fœtale des médicaments.

Crédit photo : ©SPL/PHANIE

50 000 enfants naissent prématurément chaque année en France. Or, cette prématurité est préjudiciable au bon fonctionnement du cerveau qui, du fait de son immaturité, est plus sensible à l’inflammation et à l’hypoxie. Et les conséquences sont importantes : « 25 à 50 % des prématurés ont des déficits cognitifs et des troubles du comportement et, pour l’instant, il n’y a pas de thérapie validée », a expliqué le Pr Olivier Baud (hôpital Robert-Debré, Paris).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte