MICI

Trois facteurs à pister  Abonné

Publié le 20/12/2013
Dans les maladies inflammatoires chroniques intestinales les facteurs de risques environnementaux sont nombreux. Toutefois, peu d’entre eux ont réellement démontré leur impact, si ce n’est le tabagisme, l’appendicectomie et l’antibiothérapie.

Crédit photo : CMSP / BSIP

L’origine des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) reste encore mal connue. Et si des facteurs génétiques ont été mis en évidence (avec la découverte notamment de mutations sur le gène NOD 2), il s’agit avant tout de maladies environnementales. En effet, tout laisse à penser à un fort impact de l’environnement : que ce soit l’apparition récente de ces maladies, leur répartition géographique non homogène, l’influence du mode de vie occidental, etc.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte