Thérapeutique

Trois cas de figure, neuf médicaments Abonné

Publié le 13/01/2012
Trois cas de figure, neuf médicaments


©VOISIN/PHANIE

Le choix du médicament anti-ostéoporotique dépendra du cas de figure dans lequel se trouve le patient. Il sera différent en cas de fracture sévère, non sévère ou en l’absence de fracture.

Avant d’envisager un traitement antiostéoporotique, un apport vitamino-calcique optimal est pré-requis. Les apports en calcium doivent être de 1200 mg/jour chez les femmes ménopausées de plus de 50 ans, préférentiellement par voie alimentaire. Il est donc essentiel d’évaluer ces apports à l’aide d’un questionnaire fréquentiel (disponible sur www.grio.fr). Une supplémentation en vitamine D peut associer si besoin, mais des posologies fortes (500 000 ou 600 000 UI deux fois par an) sont déconseillées du fait de résultats négatifs utilisant ces schémas thérapeutiques. Mais la correction de…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte