Triptans+ISRS : pas de risque de syndrome sérotoninergique  Abonné

Publié le 05/03/2010

Les résultats d’une revue récente* de toutes les données épidémiologiques sur le risque de syndrome sérotoninergique avancé en cas de co-prescription d’un triptan et d’un inhibiteur spécifique de la recapture de la sérotonine sont très rassurantes. En fait, ces résultats sont cohérents avec le mécanisme d’action des triptans qui agissent spécifiquement sur les récepteurs de type 1B et 1D, alors que le syndrome sérotoninergique met en jeu essentiellement les récepteurs sérotoninergiques de type 2A.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte