Risque cardio-vasculaire

Traiter à bon escient l’HTA des sujets âgés  Abonné

Publié le 25/05/2012
Chez les seniors, l'HTA reste un facteur de risque cardio-vasculaire majeur, et son traitement réduit à la fois la mortalité et le risque d'AVC. Le défi est de réduire la pression systolique sans faire plonger la pression artérielle diastolique dont le niveau trop bas expose au risque accru d’événements cardiovasculaires et de démence.

Crédit photo : ©PHANIE

L'HTA dans la population âgée se distingue non seulement par sa prévalence (elle serait de 50 % au-delà de 70 ans), mais aussi par certaines spécificités : la grande fréquence de l'HTA systolique isolée avec une PAS supérieure à 140 mmHg et une PAD inférieure à 90 mm de Hg; l'altération fonctionnelle des barorécepteurs et la moindre sensibilité cardiovasculaire aux catécholamines qui rend les seniors plus sensibles aux chutes de PA spontanées ou induites par les traitements; une plus grande variabilité de la PA incitant à répéter les mesures; une forte prévalence d’HTA par effet blous

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte