Trafic routier : des risques cerébro- et cardiovasculaires dès 60 dB  Abonné

Publié le 11/03/2011

La valeur de 60 dB pourrait être un seuil pour les effets à la fois cérébrovasculaires et cardiovasculaires du bruit du trafic routier. Ce risque augmente de manière dose-dépendante avec le bruit, pour des niveaux d'exposition supérieurs à 60 dB, semolon une étude épidémiologique danoise parue en février dernier (1). Deux études parues en 2009 et 2010 (2) (3) ont étudié elles aussi l'impact délétère du bruit généré par les transports routiers, ferroviaires et aériens sur le risque d’HTA à long terme ou de maladies coronaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte