Trafic de bébés à Marseille : la maternité à l’origine du signalement

Publié le 01/09/2013

Un trafic de bébés roms, portant pour l’instant sur trois nourrissons a été mis au jour durant l'été à Marseille et en Corse. Deux ventes ont été effectuées à Marseille et à Ajaccio à des membres de la communauté des gens du voyage, et une troisième a échoué à Marseille, où une information judiciaire pour "traite d'êtres humains" a été ouverte le 1er août. Dans les trois cas, la justice soupçonne le compagnon d'une des mères concernées, père d’un des bébés et le frère de celle-ci. Le bébé né le 21 juillet aurait été vendu, contre 8.000 EUR et une BMW, à un couple de gens du voyage de Marseille se trouvant dans l'impossibilité d'avoir un enfant. C’est le personnel de la maternité de l'hôpital Nord, où est né ce bébé, qui est à l’origine de l’affaire. Interpellé par la détresse de la mère et par la présence permanente des "adoptants" au chevet de la jeune femme, âgée de 32 ans, et qui quittait les lieux, contre avis médical et sans le bébé, il avait signalé le fait à la police. Vivant dans un camp rom des quartiers nord, la femme a rallié la Roumanie le jour de la vente.

L'autre vente a eu lieu en mai à Ajaccio, où le parquet a ouvert une information judiciaire. Le journal Corse Matin évoquait la venue ces derniers mois de femmes venues de Roumanie pour accoucher à l’hôpital d’Ajaccio. Elles y auraient accouché avec de faux appiers sous l’identité de la mère adoptante et seraient repartiées aussitôt après l’accouchement. Dans une affaire retentissante, dite des "bébés bulgares", 11 personnes avaient été condamnées en 2007 à de la prison ferme pour la vente de 23 nourrissons dont les mères bulgares avaient été acheminées en France.


Source : legeneraliste.fr