Toutes les satins du monde  Abonné

Publié le 20/05/2011

Les chanteuses sont à la mode et les majors profitent de cette tendance pour recycler leurs fonds de catalogue. Avec sa constellation d’étoiles, voici le type même de l’anthologie populaire : imbuvable lorsqu’elle est mal conçue, attachante et agréable, comme ici, lorsque l’intelligence du programme va de pair avec la qualité de l’interprétation. La partie était quasiment gagnée d’avance. Parce qu’elles les entraînent avec classe et poésie dans de voluptueuses rêveries musicales, chanter avec des cordes a toujours été le fantasme des jazzwomen et des bossa novistes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte