Tous aux frottis !  Abonné

Publié le 19/11/2010

Face à une offre de prélèvement « très insuffisante en France », la HAS souhaite multiplier les effecteurs et les lieux de réalisation de frottis cervico-utérin. Elle recommande notamment « une implication plus forte des généralistes » et des autres structures existantes (sage-femme, laboratoires de biologie médicale, PMI…), ainsi qu'un élargissement aux infirmier(e)s sous certaines conditions. Actuellement, moins de 10?% des frottis sont réalisés en dehors du cabinet du gynécologue et les généralistes se livrant à l’exercice restent très minoritaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte