Touraine s’explique sur la pilule et sur la PMA

Publié le 13/01/2013

Marisol Touraine est revenu sur Canal +, dimanche, sur le dossier des pilules C3G. Lors de l'émission "Dimanche+, la ministre a demandé aux femmes qui prennent la pilule "de ne pas paniquer et de ne surtout pas interrompre leur contraception". Alors qu’elle a annoncé vendredi qu'elle entendait restreindre la prescription des pilules de 3e et 4e génération, elle a indiqué que les femmes devaient "vérifier" le type de pilule prise et "lorsqu'elles auront rendez-vous chez le médecin, de voir comment elles pourront, le cas échéant faire évoluer leur contraception".

Au cours de la même émission, Marisol Touraine, a défendu le mariage pour tous et a indiqué qu'un débat allait avoir lieu avant une réforme de la procréation médicale assistée (PMA), dimanche sur Canal+. Interrogée alors que plusieurs centaines de milliers de personnes manifestaient à Paris leur opposition au mariage homosexuel, la ministre a estimé qu'il fallait "l'entendre et l'écouter avec respect". Mais elle a relativisé l’ampleur du rassemblement : "Il y a sans doute moins de manifestants dans la rue que ne l'espéraient les organisateurs". Sur le fond, elle a estimé : "La PMA appelle un débat, nous avons besoin de réfléchir à certaines implications pour l'ensemble des couples concernés", a-t-elle dit. Après avoir envisagé d'inclure la PMA dans le projet de loi sur le "mariage pour tous", le groupe socialiste à l'Assemblée a en effet finalement renoncé à déposer un amendement en ce sens. "Nous allons réfléchir à tout cela, nous donner le temps de préparer correctement une loi qui a des implications bioéthiques", a ajouté la ministre de la Santé, ajoutant que concernant le projet de "mariage pour tous" qui doit être discuté le 27 janvier à l’Assemblée, "on ne peut pas considérer que le projet de loi qui va être débattu à l'Assemblée serait moins considérable qu'annoncé parce que l'amendement n'a pas été retenu (...) Il constitue une avancée très importante pour tous, pas seulement pour les couples homosexuels, mais pour l'ensemble la société", a déclaré la ministre des Affaires sociales et de la santé.


Source : legeneraliste.fr