Coup de gueule

Tire-au-flanc  Abonné

Publié le 19/02/2010

J'ai un remède pour dépister les tire-au-flanc. En 1952, j'ai fait mon service militaire dans un régiment de tirailleurs algériens. Le médecin-commandant m'y a donné les consignes: si un soldat essaie de se faire porter « pâle » sans être vraiment malade, il faut inscrire dans le cahier de visite la mention « consultation non motivée » et on le met en prison pour 3 jours. Si, après ce délai, il n'est toujours pas malade, on lui rajoute 8 jours de taule. Dans le civil, nous faisons confiance à nos malades et on se fait parfois rouler.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte