Tests de grossesse en grande surface : l’Académie de pharmacie dit non

Publié le 24/02/2014

La vente libre des tests de grossesse dans les supermarchés, inscrite dans une loi adoptée tout récemment par le Parlement, est "un mauvais service rendu aux femmes", estime l'Académie nationale de pharmacie qui est pour le maintien de leur vente exclusive en pharmacies. L'information sur l'emballage et la notice ne saurait remplacer un accompagnement personnalisé, "surtout quand il s'agit de très jeunes femmes en désarroi ou de femmes en situation précaire", souligne l'académie lundi dans un communiqué adopté par son Conseil le 12 février.

L'Académie évoque le risque d'obtenir un résultat "faussement négatif si ce test est pratiqué trop précocement, avec en conséquence, une découverte tardive de la grossesse et le recours à un avortement, beaucoup plus lourd psychologiquement et coûteux."

Elle préconise donc "le retour aux dispositions antérieures et le maintien de la vente exclusive des autotests de grossesse dans les pharmacies" où ils sont en libre accès. Le projet de loi sur la consommation qui contient cette disposition a été définitivement adopté par le Parlement le 13 février 2014. Mais ce texte, qui donne notamment le droit aux associations de consommateurs d'intenter des actions de groupe, doit encore franchir l'étape du Conseil constitutionnel, auprès duquel l'UMP a déposé des recours.


Source : legeneraliste.fr