Télétransmission : le scandale de l’aide « pérenne »  Abonné

Publié le 04/05/2012

Dans un courrier daté du 23 avril 2012, M. Hugues Bardoux, directeur adjoint de la CPAM de Rouen, m’a fait part de son regret que je ne puisse percevoir l’aide « pérenne » (sic) au titre de l’année 2011 à cause d’un taux de télétransmission de 68,21 %. Je tiens à le remercier de sa compassion. Toutefois, il me semble indispensable de revenir sur les raisons de ce taux jugé insuffisant, comme je l’ai expliqué dans une lettre ouverte envoyée au directeur de la CPAM de Rouen.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte