« Tatouage »  Abonné

Publié le 18/12/2009

Crédit photo : B. Enguerrand

Avec son nouveau spectacle, qu’il a écrit, mis en scène, et qu’il joue, Alfredo Arias revient à la comédie musicale argentine. Hommage à la mémoire meurtrie et à la dérision, l’histoire fait revivre le chanteur et danseur espagnol Miguel de Molina, exilé à Buenos Aires, où il est protégé par Eva Peron, épouse du Président et bonne fée des pauvres. Paré de chemises multicolores à ailes de papillon, il ondule et roucoule, face à Evita la madone, noyée dans le tulle immaculé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte