Si « Le Généraliste » était paru en 1921

Tango et fox-trot sont-ils des formes de chorée épidémique ?

Par
Publié le 02/06/2017
histoire

histoire

Ne pourrait-on pas - avec un peu de complaisance - rapporter à une manifestation collective et épidémique de l'hystérie, comme on l'a déjà vu en Europe au XIVe et XVe siècles, l'extension sans cesse croissante de la danse qui sévit de nos jours.
Fox-trot, one, two-step, pellican, matchiche, tango, etc., ne seraient-ils pas les arrière-neveux de la chorea imaginativa, de la chorea naturalis coacta, de Paracelse, décrites également à la même époque sous les noms de danse de Saint-Jean, danse de Saint-Guy en Allemagne et aux Pays-Bas, et de tarentisme en Italie ?

En relisant les vieux livres : Mémoires sur la chorée épidémique au Moyen Âge, Hecker, traduit de l'allemand par F. Dubois, dans les Annales d'hygiène et de médecine légale, 1834, tome XII, on serait tenté de le croire car il n'y a rien d'irrationnel, comme le dit Paul Richer, à rapporter à la grande hystérie les mouvements rythmés de la dansomanie.
Les grands mouvements et les contorsions de la grande attaque se retrouvent en partie chez ceux de nos contemporains qui éprouvent le besoin morbide de s'enlacer, dès qu'ils sont sollicités par un harmonieux jazz-band.

Seule une particularité qui n'est pas signalée dans les échos mondains, semble manquer à l'épidémie actuelle, c'est le tympanisme abdominal.

Jadis, à Aix-la-Chapelle, en 1374, les possédés de la chorée épidémique, après avoir dansé pendant des heures, tombaient à terre en gémissant, jusqu'à ce qu'on leur eût serré le ventre avec des linges ou qu'on leur eût administré des coups de pied ou de poings sur l'abdomen pour agir contre la tympanite qui se déclarait après leur accès… Cela existerait-il encore ? D'autorisés lectrices de la Chronique médicale pourraient peut-être combler cette lacune…

(Dr J. Desourteaux, de Royan, dans la Chronique médicale, 1921)


Source : legeneraliste.fr