Suicide en prison : le Dr Albrand boycotte la remise de son rapport

Publié le 03/04/2009

Le psychiatre Louis Albrand a décidé de boycotter jeudi la remise à la Chancellerie de son rapport sur la prévention du suicide en prison, en appelant "au prochain garde des Sceaux pour s'attaquer sérieusement" au problème, a-t-il annoncé à l'AFP. Ce rapport de 155 pages et contenant 20 recommandations avait été commandé en novembre 2008 par Rachida Dati et devait être remis jeudi à 13H00 au directeur de cabinet de la ministre de la Justice. Mais le Dr Albrand a décidé "de ne pas se rendre à cette remise", critiquant à demi-mots l'absence d'une "forte volonté politique" de la garde des Sceaux. "Très inquiet sur l'évolution de la situation dans les prisons", où on a dénombré 115 suicides en 2008 (taux de 17,2 pour 10.000 personnes écrouées contre 15,2 en 2007), "j'en appelle au prochain garde des Sceaux et au gouvernement pour s'attaquer sérieusement à l'humanisation" du milieu carcéral, a-t-il dit.

Parmi les vingt propositions, le rapport recommande "d'accentuer la formation des personnels", notamment en matière "d'évaluation du potentiel suicidaire" des détenus, à travers la généralisation d'une "grille d'évaluation du potentiel suicidaire". Il conseille également de "favoriser les échanges d'information avec les familles et proches". En direction des détenus à risques, la commission préconise de "mettre en place une équipe +référente locale+ sous la forme d'un trinôme" composé d'un surveillant gradé, d'un conseiller chargé de la réinsertion et d'un représentant des professions de santé. Et, afin d'"atténuer le sentiment d'isolement de la personne détenue", le rapport souhaite mettre en place dans l'ensemble des cellules des interphones pour appeler en urgence.


Source : legeneraliste.fr