Succès expérimental sur l’infirmité motrice cérébrale

Publié le 19/04/2012

Un traitement postnatal reposant sur la nanotechnologie a montré un bénéfice sur l'infirmité motrice cérébrale (IMC) chez des lapins, ce qui ouvre la voie à la recherche d’un traitement pour les enfants nés avec ces troubles neurologiques, selon une étude américaine parue mercredi 17 avril 2012 dans la revue américaine Science Translational Medicine. L'infirmité motrice cérébrale (IMC) est liée à une lésion du cerveau survenue dans la période anténatale ou périnatale. Elle constitue un trouble moteur non évolutif secondaire à une lésion sur un cerveau en maturation. Le handicap moteur séquellaire associe, à des degrés variables, des troubles de la posture, de la coordination et du mouvement.

La nouvelle technique testée sur des lapins nouveau-nés par une équipe de chercheurs américains consiste à recourir à la nanotechnologie qui permet de délivrer des anti-inflammatoires au sein des molécules appelées dendrimères pour cibler les zones lésées. Les médicaments anti-inflammatoires utilisés aujourd'hui ne franchissent pas facilement la barrière hémato-encéphalique et ne sont pas aussi efficaces in situ que les dendrimères.« Ils traversent aisément ces obstacles pour aller droit sur leurs cibles comme des bombes intelligentes », explique le Dr Sujatha Kannan de l'Institut national américain de la santé de l'enfant, coauteur de ces travaux.

Les animaux ont enregistré une nette amélioration de leurs fonctions motrices cinq jours après le traitement. Ce dernier « pourrait potentiellement inverser les lésions cérébrales chez des nouveau-nés souffrant de cette neuro-inflammation », estiment les chercheurs. Encore faut-il que l’effet bénéfique persiste dans le temps.


Source : legeneraliste.fr