Substitution  Abonné

Publié le 08/10/2010

Si se substituer à nous, médecins, contre rémunération pour certains diagnostics courants fait piaffer d'impatience quelques pharmaciens, pour leur éviter de rester trop tard le soir dans leurs officines je suggère cette possibilité : mettre à notre disposition une cinquantaine de «?bons génériques incontournables?» que nous pourrions délivrer directement, moyennant finances, et faire de nous de nouveaux « propharmaciens » . Voilà une bonne piste pour améliorer notre ordinaire

en coiffant les deux casquettes !

Dr Jean-Marie Mazé, Trélazé (Maine-et-Loire)

Source : Le Généraliste: 2538