Statines : l’Académie remet les pendules à l’heure

Publié le 21/02/2013

Réagissant à la sortie du dernier brûlot du Pr Even contre les statines, l'Académie de médecine met à son tour en garde contre l'arrêt brutal et inconsidéré d'un traitement anti-cholestérol à base de statine sur la seule foi d'«opinions défavorables diffusées largement dans la presse par quelques-uns». Le communiqué de l’Académie, signé conjointement des professeurs Pierre Corvol et Jean-François Bach, membres de l’Académie de médecine et de celle des sciences, et Joël Ménard, membre associé de l’Académie nationale de pharmacie et ancien directeur général de la santé souligne que «la mise en évidence dans toutes les populations de l'association des maladies cardiovasculaires à la concentration dans le sang des lipoprotéines qui transportent le cholestérol est l’une des plus grandes découvertes unanimement reconnues de l’épidémiologie contemporaine mondiale. On meurt d’autant plus vite de maladie cardiovasculaire que sont élevées les concentrations sanguines de ces lipoprotéines, dites LDL», écrit l'Académie. «En association avec tous les progrès médicaux et sociaux des dix dernières années, les statines participent à une réduction continue des décès cardiovasculaires», poursuit l'Académie qui précise que «en France, ceux-ci ont diminué de 40% entre 2000 et 2010.» Et l’Académie de recommander «d’éviter tout arrêt d’une prescription de statine surveillée régulièrement par le médecin traitant et le pharmacien.»


Source : legeneraliste.fr