Statines : controverse autour des recos américaines

Publié le 20/11/2013

Les nouvelles recommandations du Collège américain de cardiologie d'élargir à des millions d'adultes l'usage des statines ne font pas l’unanimité. Selon la mise à jour du guide clinique de l'American College of Cardiology (ACC) et de l'American Heart Association (AHA) rendue publique le 13 novembre, un Américain sur trois de plus de 40 ans courent en effet un risque suffisamment élevé pour recevoir un traitement préventif. En appliquant la formule de calcul de l'ACC et de l'AHA à cinq différents groupes de personnes, deux chercheurs de la faculté de médecine de Harvard ont conclu qu'en fait «elle exagérait le risque de 75 à 150% chez 40 à 50% des 33 millions d'Américains de 40 à 75 ans éventuellement concernés». Dans un éditorial publié en ligne dans The Lancet, les Dr Paul Ridker et Nancy Cook soulignent que ce nouveau guide clinique représente certes un «progrès important pour simplifier et améliorer le traitement des malades à haut risque, comme les diabétiques». Mais, ajoutent-ils, «dépendre seulement de cette nouvelle prévision du risque en s'appuyant sur cette formule mathématique pourrait conduire à traiter de nombreux patients sans indications cliniques suffisantes de l'efficacité préventive des statines (...) et à en priver d'autres chez lesquelles on sait que ce médicament est efficace». «Un mauvais calibrage de cette ampleur devrait être corrigé avant que ce nouveau modèle de prédiction du risque cardiovasculaire soit mis en oeuvre à grande échelle, sinon cela va conduire les médecins à surprescrire les statines», poursuivent les Dr. Ridker et Cook.


Source : legeneraliste.fr