Soumission chimique  Abonné

Publié le 20/02/2009

Les experts sont désormais capables de détecter les produits rencontrés dans la soumission chimique (GHB, cannabis, benzodiazépines, neuroleptiques) jusqu’à 3-5 jours dans le sang, 10-15 jours dans les urines et plus d’une année dans les cheveux. Ces derniers permettent même de montrer que la substance n’a été absorbée qu’au moment des faits et que la victime n’était pas consommatrice ni avant ni après les faits.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte